Le point de départ

Some image
Some image

Le point de départ

Tout commence le 10 juillet 2016 par un fait divers. Seth Rich, un employé de la convention démocrate américaine (DNC), est abattu devant chez lui à Washington. Ce meurtre n’a jamais été élucidé mais la police privilégie la piste d’un cambriolage qui a mal tourné. Le flou sur les circonstances du décès va rapidement faire tourner à plein régime l’imagination des amateurs de théories du complot.

Récupération

Some image
Some image

Récupération

La récupération par la « trumposphère » ne tarde pas. Trois jours après le meurtre, le site WhatDoesItMean, connu pour ses théories du complot, affirme que Seth Rich a été tué par une équipe à la solde d’Hillary Clinton. L'objectif : faire taire le jeune homme de 27 ans qui disposerait, selon les complotistes, d’informations compromettantes sur la candidate à l'investiture démocrate pour la présidentielle.

Le tournant Wikileaks

Some image
Some image

Le tournant Wikileaks

Mais cette première thèse est rapidement supplantée par une autre lorsque éclate le scandale des dizaines de milliers d’emails provenant des serveurs de la DNC. En pleine campagne électorale américaine, ils sont publiés sur le site Wikileaks, embarrassant le clan Clinton. L’enquête du FBI sur l’origine de la fuite conclut à l’implication de pirates informatiques russes. Mais les soutiens de Donald Trump n’y croient pas.

Seth Rich et les emails de Clinton

Some image
Some image

Seth Rich et les emails de Clinton

La piste russe ne plaît pas à l’extrême droite américaine car elle va dans le sens d’une collusion entre Moscou et les membres de la campagne de Donald Trump. Sur des sites comme Reddit et dans des médias proches du candidat républicain, les complotistes préfèrent faire de Seth Rich le lanceur d’alerte. Il aurait été tué afin de laisser libre cours à la thèse d’une implication russe en soutien à Donald Trump dans la campagne électorale, selon cette théorie du complot.

WikiLeaks s’en mêle

Some image
Some image

WikiLeaks s’en mêle

La thèse végétait dans les coins les plus extrémistes du Web jusqu’à ce que WikiLeaks offre, le 9 août, une prime de 20 000 dollars pour toute information menant à l’identification du meurtrier de Seth Rich. Une récompense qui laissait entendre que l’employé de la DNC avait un lien avec le site de Julian Assange. Rien de tel pour donner une nouvelle dimension médiatique à la thèse complotiste.

La consécration Fox

Some image
Some image

La consécration Fox

La consécration médiatique pour cette théorie – pourtant démentie par la famille de Seth Rich, les autorités locales et le FBI – vient de la chaîne ultra-conservatrice Fox News en mai 2017. Sur son site Internet, elle publie un article affirmant avoir obtenu des informations du FBI et de la police de Washington qui prouvent que Seth Rich est réellement la source de WikiLeaks dans l’affaire des emails d’Hillary Clinton. Mais Fox News a effacé ses révélations du site une semaine plus tard, prétextant des problèmes de procédure de vérification des faits.

La Maison Blanche rattrapée

Some image
Some image

La Maison Blanche rattrapée

Rod Wheeler, cité dans l’article de Fox News comme l’enquêteur indépendant qui a permis de découvrir les preuves du lien entre Seth Rich et WikiLeaks, a déposé plainte le 1er août contre Fox News. Il assure que les révélations de la chaîne ont été fabriquées de toutes pièces avec l’aide d’un riche financier, proche du conseiller en stratégie de Donald Trump, Steve Bannon. La plainte révèle même qu’un mois avant la publication du controversé article, Sean Spicer – alors directeur de la communication de la Maison Blanche – a été informé des détails de l’enquête menée par Fox News.