Tweet


Emmanuel Macron a nommé, mercredi 17 mai 2017, les membres du premier gouvernement d’Édouard Philippe. Celui-ci respecte en grande partie les promesses du candidat En Marche ! qui souhaitait une équipe gouvernementale resserrée, issue de la gauche, du centre et de la droite, paritaire entre femmes et hommes d’une part, et entre personnalités politiques et personnalités de la société civile d’autre part.





Texte et photos : Latifa Mouaoued (RFI) et Romain Brunet (France 24)
Graphisme et développement : Studio Graphique France Médias Monde
Directeurs de publication : Christophe Champin et Darya Kianpour (RFI)
Retrouvez tous les reportages interactifs et infographies de France 24 ici : france24.com/fr/webdocumentaires/
Member Bio image

Édouard Philippe

Premier ministre

Âge : 46 ans
Parti : Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : député de la Seine-Maritime (2012-2017), maire du Havre (2010-2017)

Diplômé de Sciences Po et de l’ENA, maire du Havre depuis 2010, député de la Seine-Maritime depuis 2012, Édouard Philippe a milité deux ans au Parti socialiste au début des années 1990 lorsqu’il était étudiant, tendance Michel Rocard, avant de se déporter vers sa droite. Il rencontre Alain Juppé en 2002 et devient alors l’un de ses fidèles, jusqu’à devenir l’un de ses porte-parole lors de la primaire de la droite en 2016.

Son mentor battu par François Fillon, il intègre l’équipe de campagne du candidat Les Républicains dans la course à la présidentielle, mais la quitte lorsque ce dernier maintient sa candidature malgré sa mise en examen. Après avoir admis être « d’accord à 90 % avec ce que dit Emmanuel Macron », il accepte, au grand dam de sa famille politique d’origine, de devenir le Premier ministre du nouveau président de la République, participant ainsi pleinement à la recomposition du paysage politique français.

Member Bio image

Gérard Collomb

Ministre d’État, ministre de l’Intérieur

Âge : 69 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : député du Rhône (1981-1988), sénateur du Rhône (depuis 1999), maire de Lyon (depuis 2001)

Professeur agrégé de lettres classiques, Gérard Collomb rejoint le Parti socialiste à la fin des années 1960 et construit sa carrière dans la ville de Lyon où il est élu maire en 2001. Social-démocrate pragmatique, il se situe dans la mouvance de Dominique Strauss-Kahn.

Avec Richard Ferrand, Gérard Collomb est un des premiers socialistes à encourager Emmanuel Macron à se lancer dans la course à l’Élysée. Il voit en ce trentenaire une sorte de filiation : lui-même dirige l’agglomération lyonnaise avec des appuis au centre, voire à droite, et estime que l’ancien ministre de l’Économie peut reproduire son modèle au niveau national. S’il n’a aucune fonction officielle au sein d’En Marche !, son influence est grande durant la campagne, notamment grâce à l’activation de ses réseaux. Il est aujourd’hui récompensé.

Member Bio image

Nicolas Hulot

Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire

Âge : 62 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Après une courte carrière de photojournaliste, Nicolas Hulot se lance dans la radio au début des années 1980, avant de passer au petit écran. Après avoir collaboré à divers programmes, il se fait un nom en présentant sur TF1, à partir de 1987, l’émission « Ushuaïa, le magazine de l’extrême », dans laquelle il se fait le défenseur de la nature. Son émission est un succès. Il profite de sa notoriété pour créer en 1990 la Fondation Ushuaïa, qui devient en 1995 la Fondation Nicolas-Hulot.

Devenu militant écologiste, Nicolas Hulot s’immisce de plus en plus dans la politique. Il est à l’origine de la charte de l’environnement inscrite dans la Constitution française en 2005 et joue un rôle majeur dans la campagne de l’élection présidentielle de 2007 avec son Pacte écologique qu’il fera signer par tous les candidats. Après avoir envisagé de se présenter, il participera finalement à la primaire d’Europe Écologie-Les Verts en 2011 mais sera battu par Eva Joly. Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande lui avaient tous proposé un poste de ministre de l’Environnement. En vain. Très populaire auprès des Français, c’est donc une prise de choix pour Emmanuel Macron.

Member Bio image

François Bayrou

Ministre d'État, garde des Sceaux, ministre de la Justice

Âge : 65 ans
Parti : Mouvement Démocrate (MoDem)
Fonctions politiques précédentes : candidat à l’élection présidentielle en 2002, 2007 et 2012, ministre de l’Éducation nationale (1993-1997), député des Pyrénées-Atlantiques (1986-1993, 1997-1999, 2002-2012), député européen (1999-2002), maire de Pau (depuis 2014)

Agrégé de lettres classiques, François Bayrou devient président de l’Union pour la démocratie française (UDF) en 1988 après s’être fait remarquer en tant que député des Pyrénées-Atlantiques, notamment en appelant à la rénovation des « vieux » partis, le Rassemblement pour la République (RPR) et l’UDF. Il refuse d’intégrer l’Union pour un mouvement populaire (UMP) au début des années 2000 et se présente à l’élection présidentielle de 2002, à laquelle il n’obtient que 6,84 % des voix.

En revanche, en 2007, il s’impose comme le troisième homme de la présidentielle derrière Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal (18,57 %). Il se positionne alors au centre de l’échiquier politique et appelle (dix ans avant Emmanuel Macron) à un dépassement du clivage gauche-droite. Il ne donne aucune consigne de vote dans l’entre-deux tours, mais annonce que, à titre personnel, il votera blanc. De nouveau candidat en 2012, il ne réédite pas sa performance de 2007 (9,13 %) mais, en déclarant publiquement qu’il votera François Hollande au second tour de la présidentielle, permet en partie la victoire de ce dernier face à Nicolas Sarkozy.

Devenue persona non grata à droite après cette prise de position, il se rapproche toutefois d’Alain Juppé à l’approche de la primaire de la droite en 2016. Après la défaite de ce dernier face à François Fillon, il réalise qu’Emmanuel Macron est en mesure de réussir là où lui a échoué : être élu président de la République sur la promesse du dépassement du clivage gauche-droite. Il lui fait donc en février 2017 une offre d’alliance, que le candidat En Marche ! accepte. À ce titre, le MoDem est le seul à bénéficier d’un accord d’appareil en vue des élections législatives, tandis que François Bayrou obtient le ministère de la Justice. Il y sera notamment en charge de la grande loi de moralisation de la vie publique à laquelle il tient tant.

Member Bio image

Sylvie Goulard

Ministre des Armées

Âge : 52 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : députée européenne (depuis 2009)

Alors que l’on s’attendait à la reconduction de Jean-Yves Le Drian, Sylvie Goulard crée la surprise. Elle devient la deuxième femme ministre de la Défense, après Michèle Alliot-Marie. Elle fait partie des soutiens de la première heure d’Emmanuel Macron.

Diplômée de l’ENA, polyglotte, Sylvie Goulard débute sa carrière au ministère des Affaires étrangères. A la chute du mur de Berlin en novembre 1989, elle intègre l’équipe française chargée de négocier la réunification de l’Allemagne.

En 2000, sa carrière prend un tournant décisif, elle devient la conseillère politique du président de la Commission européenne, Romano Prodi.

Elle a travaillé pendant près de sept ans à la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen, notamment au sein de la Convention sur l'avenir de l'Europe, présidée par l’ancien président français Valéry Giscard d'Estaing.

Elle est élue députée européenne de l’ouest de la France pour la première fois en 2009, puis réélue en 2014 dans la circonscription Sud-Est. Ancienne membre du MoDem de François Bayrou, Sylvie Goulard siège également au sein de l'ADLE, l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.

Europhile passionnée, Sylvie Goulard est convaincue que la refondation de l'Europe passe par la reconstruction du couple franco-allemand. Elle est notamment à l'origine de la rencontre entre Emmanuel Macron et Angela Merkel, le 16 mars dernier.

Member Bio image

Jean-Yves Le Drian

Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

Âge : 69 ans
Parti : Parti socialiste (PS)
Fonctions politiques précédentes : ministre de la Défense (2012-2017), secrétaire d’État à la Mer (1991-1992), député du Morbihan (1978-1991 et 1997-2007), président du Conseil régional de Bretagne (2004-2012 et depuis 2015), maire de Lorient (1981-1998)

Ami intime de François Hollande depuis 1979, Jean-Yves Le Drian décide de soutenir Emmanuel Macron après la défaite de Manuel Valls à la primaire de la « Belle Alliance Populaire ».

C’est par le syndicalisme étudiant qu’il se lance en politique à la fin des années 1960. Il prépare alors une agrégation de lettres. Très attaché à la Bretagne, il est maire de Lorient de 1981 à 1988.

La plupart des spécialistes des questions militaires voient en lui l'un des meilleurs ministres de la Défense de la Ve République. Il est notamment le premier à réussir à vendre des avions Rafale à l'étranger. Discret mais efficace, il a également remporté des succès sur plusieurs terrains de guerre en Afrique, notamment au Mali, et dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

Son entrée dans le gouvernent d'Emmanuel Macron faisait peu de doute en raison de ses compétences mais aussi de sa grande popularité auprès des Français. Sa nomination au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères est une surprise car son maintien à la Défense paraissait hautement probable.

Member Bio image

Richard Ferrand

Ministre de la Cohésion des territoires

Âge : 54 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : député du Finistère (depuis 2012)

Journaliste, communicant, directeur général des Mutuelles de Bretagne, élu local socialiste, Richard Ferrand a connu plusieurs vies avant de devenir en 2012, député du Parti socialiste (PS) du Finistère. Il rencontre Emmanuel Macron deux ans plus tard lorsque ce dernier est nommé à Bercy ministre de l’Économie. Une relation de confiance s’installe entre les deux hommes et Richard Ferrand est nommé quelques mois plus tard rapporteur général de la loi Macron.

Le député du Finistère fait partie des premiers soutiens d’Emmanuel Macron à se lancer dans la course à la présidentielle. Il participe ainsi activement à la mise sur orbite d’En Marche ! en avril 2016 et en devient son secrétaire général. Il quitte logiquement le PS au lendemain du résultat de la présidentielle. Nommé ministre de la Cohésion des territoires, sa fidélité est aujourd’hui récompensée.

Member Bio image

Agnès Buzyn

Ministre des Solidarités et de la Santé

Âge : 54 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Fille d'un chirurgien et d'une psychologue, Agnès Buzyn est responsable pendant près de vingt ans de l’unité de soins intensifs, d’hématologie et de greffe de moëlle osseuse à l'hôpital Necker, à Paris. Elle est ensuite nommée professeur d’hématologie au sein de l'université Paris VI Pierre-et-Marie-Curie avant d’être désignée à la tête de la Haute Autorité de santé. Elle devient la première femme à diriger la prestigieuse institution.

Issue de la « société civile » chère à Emmanuel Macron, Agnès Buzyn hérite du ministère des « Solidarités et de la Santé », une nomination liée aux compétences et à la carrière professionnelle, selon le projet d’Emmanuel Macron.

Member Bio image

Françoise Nyssen

Ministre de la Culture

Âge : 65 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

C’est assurément l’une des grosses surprises du gouvernement Philippe. Éditrice réputée et très influente, elle dirige la maison Actes Sud, fondée par son père, l’écrivain Hubert Nyssen.

Née en Belgique en 1951, elle fait des études scientifiques à l’Université libre de Bruxelles, avant de rejoindre le monde de l’édition au début des années 1980. En 1987, elle devient présidente du directoire de la maison d’édition Actes Sud basée à Arles. Elle est aujourd’hui l’une des plus prestigieuses de France, avec plusieurs prix Goncourt à son actif.

Member Bio image

Bruno Le Maire

Ministre de l'Économie

Âge : 48 ans
Parti : Les Républicains (LR)
Fonctions politiques précédentes : ministre de l’Agriculture (2009-2012), secrétaire d’État aux Affaires européennes (2008-2009), député de l’Eure (depuis 2007)

Diplômé de l’École normale supérieure, agrégé de Lettres modernes, diplômé de Sciences Po et de l’ENA, Bruno Le Maire a appris la politique auprès de l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Dominique de Villepin. Dans l’ombre de ce dernier durant le quinquennat de Jacques Chirac (2002-2007), il accède à ses premières fonctions ministérielles sous Nicolas Sarkozy, d’abord aux Affaires européennes puis à l’Agriculture, période durant laquelle il se fait un nom.

Il gagne encore plus en crédibilité lorsqu’il convoite la présidence de l’UMP face à Nicolas Sarkozy, en 2014. Soutenu par 52 parlementaires, il obtient un peu moins de 30 % de suffrages et devient alors une personnalité de premier plan au sein de sa famille politique. Il sera candidat à la primaire de la droite en 2016 et portera le slogan du renouveau en politique. Il échouera à la cinquième place avec seulement 2,4 % des suffrages.

Désigné conseiller spécial de François Fillon en charge des questions internationales durant la campagne présidentielle, il claque la porte lorsque ce dernier refuse de se retirer après sa mise en examen. Comme Édouard Philippe, il est désormais une figure de cette droite modérée Macron-compatible.

Member Bio image

Muriel Pénicaud

Ministre du Travail

Âge : 62 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Peu connue du grand public, elle fait partie de la société civile prônée par Emmanuel Macron. Elle a été membre de comités exécutifs et de conseils d'administration de grands groupes internationaux, comme Dassault Systèmes, la SNCF, Danone, le groupe Orange, etc.

A 21 ans, tout juste diplômé d'histoire et de sciences de l'éducation, elle part au Canada étudier les pédagogies pour les enfants des milieux défavorisés. A son retour, elle devient responsable pédagogique au Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) avant de devenir conseillère pour la formation de Martine Aubry, ministre entre 1991 et 1993. Elle quittera pendant vingt ans le service public pour faire carrière dans le privé.

Son parcours atypique, sa capacité à convaincre les patrons a décidé, en 2014, le gouvernement Hollande à lui confier la fusion entre Ubifrance, en charge du soutien à l'export, et l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII), pour rationaliser les accompagnements à l'export et renforcer l'attractivité du territoire.

Muriel Pénicaud était depuis trois ans la patronne de l'agence publique Business France, chargée de la politique de promotion de la France et des entreprises tricolores auprès des investisseurs étrangers.

Les patrons saluent sa connaissance de la gouvernance des grands groupes ainsi que son expérience des pouvoirs publics.

Member Bio image

Jean-Michel Blanquer

Ministre de l'Éducation nationale

Âge : 52 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Il dirige depuis trois ans l’Essec, l’une des plus prestigieuses écoles de commerce françaises. Bon connaisseur des rouages de l’Education nationale, il a occupé de hautes fonctions d’administrateur au sein de ce ministère.

Diplômé de Sciences Po, Jean-Michel Blanquer a un curriculum bien étoffé : agrégation de droit public, docteur en droit, et maîtrise de philosophie. Il a dirigé l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, a été deux fois recteur (en Guyane et à Créteil) avant d'être numéro deux du ministère de l'Education nationale de Luc Chatel entre 2009 et 2012.

Ce proche d’Alain Juppé se situe à droite de l’échiquier politique. Il a contesté les réformes menées par Najat Vallaud-Belkacem, notamment la suppression des classes bilangues ainsi que la création de 60 000 postes au ministère de l’Education nationale qui était, selon lui, « une folie budgétaire ».

Il est favorable à l’autonomie des établissements et n’a jamais hésité à mener des expérimentations pédagogiques. Il est ainsi à l’origine de la création du micro lycée de Sénart pour les élèves décrocheurs et de la controversée « cagnotte », qui consistait à payer les enfants pour qu’ils se rendent à l’école. D’importants chantiers l’attendent déjà pour la prochaine rentrée scolaire, comme l’instauration des classes de douze élèves au CP et CE1 en ZEP (zone d’éducation prioritaire), le rétablissement des classes bilangues au collège. Mais il sait que les syndicats seront sur leurs gardes.

Member Bio image

Jacques Mézard

Ministre de l'Agriculture et de l'alimentation

Age : 69 ans
Parti : Parti radical de gauche (PRG)
Fonctions politiques précédentes : sénateur du Cantal

Diplômé d'études supérieures en droit privé, cet ancien avocat est sénateur du Cantal depuis 2008. Il est avec Annick Girardin, le second ministre issu des rangs du Parti radical de gauche à entrer dans le gouvernement du nouveau président français. Il préside le groupe du Rassemblement démocratique et social européen (RDSE) au Sénat depuis 2011. Il soutient Emmanuel Macron dès le lancement de son mouvement En Marche ! car il incarne, selon lui, le « renouveau nécessaire » à la politique française.

Il a travaillé à l'élaboration du programme agriculture et alimentation d'Emmanuel Macron pour la campagne présidentielle.

Dans ses nouvelles fonctions, l'une de ses principales interlocutrices sera Christiane Lambert, la nouvelle présidente de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), issue elle aussi du Cantal.

Member Bio image

Gérald Darmanin

Ministre de l'Action et des Comptes publics

Age : 35 ans
Parti : Les Républicains
Fonctions politiques précédentes : député du Nord (2012-2017), maire de Tourcoing (2014)

À 35 ans, Gérald Darmanin est l'un des plus jeunes ministres du premier gouvernement d'Emmanuel Macron. La politique est une passion précoce, il s'engage au RPR, ancêtre de l'UMP et de LR à l'âge de 16 ans.

Diplômé de Sciences Po Lille, Gérald Darmanin se réclame volontiers de ses origines modestes. Il est le fils d'un patron de bar à Valenciennes et d'une femme de ménage. Son grand-père, tirailleur algérien, a combattu dans l'armée française lors de la Seconde Guerre mondiale et pendant la guerre d'Algérie.

Son engagement politique est rapidement couronné de succès. Il devient, dans un bastion de la gauche, député du Nord à 29 ans, puis maire de Tourcoing à 31 ans. Ses succès impressionnent Nicolas Sarkozy qui en fait son porte-parole pour la campagne interne à la présidence de l'UMP.

Gérald Darmanin se définit comme un gaulliste social. Il a pris fermement position contre le projet de loi autorisant le mariage homosexuel.

Soutien de Nicolas Sarkozy dans la primaire de la droite, il s'engagera ensuite derrière François Fillon dans les premières semaines de sa campagne présidentielle. Le 3 mars, devant l'ampleur des affaires qui plombent la campagne, il annonce son retrait.

Member Bio image

Frédérique Vidal

Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation

Age : 53 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

La nomination de Frédérique Vidal marque le grand retour d’un ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, après la création d'un secrétariat d'État en 2014. C’est par ailleurs la première fois qu’un président d’université est nommé ministre. Elle fait partie des personnalités issues de la société civile entrant au gouvernement.

Frédérique Vidal a quasiment fait toutes ses études et sa carrière à l’université de Nice. Après une maîtrise de biochimie, un DEA à l'Institut Pasteur (option virologie fondamentale) et un doctorat en sciences de la vie, elle devient professeure en sciences de la vie en 2004 après avoir été recrutée en tant que maître de conférences en 1995 à Nice. Elle est élue directrice de l'UFR de sciences en 2009 avant de prendre la tête de cette université en 2012.

Member Bio image

Annick Girardin

Ministre des Outre-mer

Age : 52 ans
Parti : Parti radical de gauche (PRG)
Fonctions politiques précédentes : ministre de la Fonction publique (2016-2017), secrétaire d'État au développement et à la francophonie (2014-2016), députée de Saint-Pierre-et-Miquelon (2007-2012, 2012-2014).

L'ancienne députée de Saint-Pierre-et-Miquelon est, avec Jean-Yves Le Drian, la deuxième ministre de François Hollande à conserver un portefeuille dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron.

Elle a été secrétaire d'État chargée du Développement et de la Francophonie dans le gouvernement Valls puis ministre de la Fonction publique. Elle est à l'origine de la loi de défiscalisation, dite loi Girardin, un dispositif destiné à encourager l'investissement immobilier locatif en Outre-mer. Membre du PRG (Parti radical de gauche), elle a soutenu Sylvia Pinel lors de la primaire de la « Belle Alliance populaire » avant de rejoindre le mouvement En Marche ! quelques jours seulement avant le premier tour de la présidentielle.

Member Bio image

Laura Flessel

Ministre des Sports

Âge : 45 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Laura Flessel aura la lourde tâche d’incarner politiquement le projet des Jeux olympiques Paris 2024, qu’elle connaît parfaitement pour être particulièrement impliquée depuis le lancement de la candidature. Un symbole fort voulu par le premier gouvernement de la présidence Macron, qui a décidé de confier ce portefeuille à la quintuple médaillée olympique, qui fut également porte-drapeau de la France aux Jeux de Londres en 2012.

L’escrimeuse guadeloupéenne rejoint plusieurs autres anciens sportifs passés au ministère des Sports, notamment Guy Drut, David Douillet ou encore Roger Bambuck. Mais c’est surtout le parallèle avec Jean-François Lamour, chargé du portefeuille de 2002 à 2007, qui saute aux yeux. Escrimeur comme elle, il avait également remporté deux titres olympiques au cours de sa carrière et avait vécu aux premières loges l’échec de Paris 2012.

Member Bio image

Elisabeth Borne

Ministre auprès du ministre d'Etat, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports

Age : 56 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Le monde de l’entreprise et des transports n’est pas inconnu pour Elisabeth Borne qui a fait sa carrière professionnelle au sein de la SNCF, d’Eiffage et de la RATP. C'est aussi une habituée des cabinets ministériels.

Diplômée de l'École polytechnique et de l'École nationale des ponts et chaussées, elle débute sa carrière dans l’administration de l'Équipement au ministère de la Justice en 1987, avant de rejoindre, au début des années 1990, comme conseillère, Lionel Jospin à l'Education, Jack Lang à la Culture et Jean Glavany à l'Enseignement technique.

En 1997, elle retrouve Lionel Jospin à Matignon, comme conseillère chargée des transports. Après la débâcle de celui-ci à l’élection présidentielle de 2002, elle devient directrice de la stratégie de la SNCF, puis de la société Eiffage en 2007, en tant que directrice des concessions.

Elle est repérée par l’équipe de Bertand Delanoë, alors maire de Paris, qui la recrute comme directrice générale de l'urbanisme à la mairie de Paris en 2008.

Sa carrière prend un tournant décisif en 2013. Ségolène Royal, alors présidente de la région Poitou-Charentes, la nomme préfète avant de la choisir comme directrice de cabinet au ministère de l'Ecologie en 2014. Elle la nommera présidente de la RATP en 2015.

Member Bio image

Marielle de Sarnez

Ministre auprès de Jean-Yves Le Drian, chargée des Affaires européennes

Âge : 66 ans
Parti : Mouvement Démocrate (MoDem)
Fonctions politiques précédentes : députée européenne (depuis 1999)

Fidèle de François Bayrou, dont elle a été directrice de cabinet lorsque ce dernier était ministre de l’Éducation nationale, et directrice de campagne lors des élections présidentielles de 2007 et 2012, Marielle de Sarnez est députée européenne MoDem depuis 1999 et conseillère de Paris depuis 2001.

Comme François Bayrou, elle a soutenu Alain Juppé à la primaire de la droite puis Emmanuel Macron. Candidate investie La République en marche aux élections législatives à Paris, Marielle de Sarnez, après être devenue pour la première fois de sa carrière ministre, tentera en juin d’être élue pour la première fois à l’Assemblée nationale.

Member Bio image

Christophe Castaner

Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement

Âge : 51 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : député des Alpes-de-Haute-Provence (depuis 2012), maire de Forcalquier (depuis 2001)

C'est à l'occasion des débats parlementaires sur la loi Macron que Christophe Castaner noue des contacts étroits avec Emmanuel Macron, alors ministre de l'Economie. Il le rejoint très rapidement dans la mise en place du mouvement En marche !

Tête de liste du Parti socialiste aux élections régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, il se retire pour barrer la route à la candidate du Front national, Marion Maréchal-Le Pen, et appelle à voter pour Christian Estrosi.

Christophe Castaner a été membre de plusieurs cabinets ministériels. Il a été ainsi le chef de cabinet de Catherine Trautmann, ministre de la Culture en 1997, puis de Michel Sapin, ministre de la Fonction publique de 2000 à 2002.

Très actif lors de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron dont il est l'un des porte-parole, il multiplie les interventions médiatiques pour défendre le projet de son candidat.

Member Bio image

Marlène Schiappa

Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes

Âge : 34 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : maire adjointe du Mans (depuis 2014)

Avant de devenir l'adjointe au maire socialiste du Mans, Jean-Claude Boulard, en charge de l’Égalité, de la Lutte contre les discriminations et de la Charte LGBT, Marlène Schiappa s’est fait connaître avec son blog, Maman travaille. Elle a depuis créé une association du même nom qui s’articule autour de l’égalité parentale et de la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle. La jeune femme est classée 6e du Top 100 des personnalités qui font le web en 2013, catégorie « Influenceurs sociétaux », selon Europe 1, Le Parisien et Frenchweb.

Marlène Schiappa s’engage dès 2016 aux côtés d’Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle. Elle est nommée responsable du pôle « égalité femmes-hommes » et sera chargée de prononcer des discours d’introduction lors de plusieurs meetings.

Member Bio image

Sophie Cluzel

Secrétaire d'État chargée des personnes handicapées

Age : 56 ans
Parti : aucun
Fonctions politiques précédentes : aucune

Sophie Cluzel est engagée depuis plus de vingt ans pour la scolarisation et l'accompagnement des enfants handicapés. En 2011, elle est élue présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant une situation de handicap (FNASEPH). Elle a été faite chevalier de l'ordre national du Mérite en 2002 et officier de la Légion d'honneur en 2016 pour son engagement.

Cette mère de quatre enfants est personnellement concernée par les questions du handicap, puisqu'elle a une fille trisomique âgée d'une vingtaine d'années. Le grand public l’a découverte en janvier 2012, lors du premier Grenelle de l’intégration des jeunes handicapés dans la société. A cette occasion, une cinquantaine d’associations avaient rappelé les obstacles qui demeuraient et avaient transmis leurs propositions aux candidats à l’élection présidentielle.

Emmanuel Macron rattache le secrétariat d'État directement au Premier ministre plutôt qu'au ministère de la Santé, comme c'était le cas jusque-là. Le président de la République souhaite faire de la question du handicap une priorité de son quinquennat.

Member Bio image

Mounir Mahjoubi

Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé du Numérique

Âge : 33 ans
Parti : La République en marche (LREM)
Fonctions politiques précédentes : aucune

Benjamin du gouvernement, Mounir Mahjoubi, 33 ans, directeur de la campagne numérique d’Emmanuel Macron, possède une expérience de 15 ans dans l’économie numérique. Co-fondateur de l’application La Ruche qui dit oui, qui permet aux particuliers d’acheter des produits agricoles en circuit court, directeur-adjoint de l’agence de marketing numérique BETC Digital, filiale du groupe Havas, puis nommé en 2016 par François Hollande président du Conseil national du numérique, ce jeune autodidacte a connu une ascension haut débit.

En politique, il est à l’origine de la Ségosphère, une initiative visant à soutenir sur le web la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007 et dirige en 2012 la campagne de François Hollande sur Internet. Adhérent au Parti socialiste de 2002 à 2015, il se met En Marche ! en janvier 2017. Il est également candidat aux élections législatives dans le 19e arrondissement de Paris où il tentera de faire chuter le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.