Luttes de pouvoir, bon vouloir du prince, ras-le-bol : l’équipe qui dirige les États-Unis a beaucoup changé depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche il y a un an.



Alexander Acosta

  • Hispanique. Né à Miami de parents cubains, Alexander Acosta est le premier Américain d’origine hispanique à entrer dans le gouvernement de Donald Trump.
  • UBS. Ce juriste, longtemps procureur fédéral, est à l’origine de la procédure qui a contraint la banque suisse UBS à payer 786 millions de dollars et à remettre aux États-Unis une liste d’évadés fiscaux américains.
  • Défenseur des musulmans. Contrairement à son patron, Alexander Acosta a pris, à plusieurs reprises, la défense des musulmans aux États-Unis. Il a même critiqué la France pour son intolérance à leur égard.

Alex Azar

  • Monsieur " labos pharmaceutiques ". Nommé par Donald Trump pour “faire baisser les prix des médicaments”, ce patron du laboratoire pharmaceutique Lilly USA a approuvé une multiplication par trois du prix de certains produits.
  • Ex-juriste. Diplômé de droit de l’université de Yale, Alex Azar a notamment fait partie de l’équipe qui a enquêté sur l’ex-président Bill Clinton dans le cadre du scandale immobilier de Whitewater, en 1993.
  • Aux côtés de Bush. Rare membre de l’administration Trump à avoir une expérience gouvernementale, il a été le numéro 2 du ministère de la Santé de 2005 à 2007 sous Georges W. Bush.

Ivanka Trump

  • Mère active. Elle a beau être en charge des questions d’emploi, elle intervient essentiellement lors des déplacements officiels de son père à l’étranger. Cette mère de trois enfants a toutefois un dada : promouvoir la cause des mères actives.
  • Mode. Ex- mannequin, Ivanka Trump est aussi à la tête d’une marque de vêtements mais les usines chinoises qui confectionnent ses produits sont soupçonnées d’atteintes aux droits des travailleurs.
  • Ambition. Les médias lui prêtent l’ambition de devenir présidente des États-Unis. Son mari aurait même accepté de mettre ses propres aspirations de côté pour la soutenir.

Jared Kushner

  • Gendre. Le mari d’Ivanka Trump et conseiller du président a suscité de vives inquiétudes à son arrivée.
  • Multitâche. Jared Kushner avait à l’origine pour tâche de régler le conflit israélo-palestinien, d’en finir avec la crise des opioïdes, de rendre les États-Unis plus innovants, de réformer le fonctionnement de l’État fédéral et de construire des ponts avec la Chine.
  • Magnat de l’immobilier. Point commun avec son beau-père : il est à la tête d’un empire de l’immobilier dont il a hérité.

Kirstjen Nielsen

  • Cerbère. Avant sa nomination à la tête de la sécurité intérieure, elle s’occupait de filtrer les accès au sein du Bureau ovale pour le compte du chef de cabinet de Trump, John Kelly.
  • Cyber. Elle voulait diriger la cyber-sécurité intérieure, mais Donald Trump ne souhaitant nommer personne à ce poste, elle a candidaté à celui de responsable de toute la sécurité intérieure.
  • 11-Septembre. Après les attentats du 11 septembre 2001, elle a rejoint le Département de la sécurité des transports et n’a depuis plus quitté le secteur de la sécurité intérieure.

Ajit Pai

  • Neutralité du Net. Le 14 décembre 2017, Ajit Pai s’est fait beaucoup d’ennemis sur Internet en abrogeant la neutralité du Net, un principe qui protège les consommateurs d'une inégalité d'accès à Internet.
  • Ami de Verizon. Pas étonnant qu’Ajit Pai ait offert aux géants des télécoms la fin de la neutralité du Net, il a été conseiller juridique de Verizon de 2001 à 2003.
  • “The Big Lebowski”. Son fil Twitter est fourni en citations issues du film "The Big Lebowski". Selon ses détracteurs, c’est une posture pour améliorer son image sur Internet où l’œuvre des frères Coen passe pour un classique.

Sarah Sanders

  • 10 ans. Elle débute sa “carrière” politique à 10 ans en intégrant l’équipe de campagne de son père, Mike Huckabee, qui briguait le poste de gouverneur de l’Arkansas.
  • Très croyante. Elle n’hésite pas à faire étalage de sa foi chrétienne sur Twitter et lit toujours un passage de son livre de prières avant une conférence de presse.
  • Habituée aux gaffes. Les déclarations incendiaires, elle connaît. Son père était aussi un pro de la provocation : il a, notamment, appelé à faire “interner les personnes atteintes du sida” et comparé l’accord sur le nucléaire iranien à un nouvel “holocauste” pour les Israéliens…

Rex W. Tillerson

  • Pétrole. Il est le PDG du géant américain ExxonMobil, qui a généré 16 milliards de dollars de profit en 2015.
  • Russie. Il s’oppose aux sanctions économiques contre la Russie et le président Vladimir Poutine a décoré ce pro-russe de l’Ordre de l’Amitié en 2013.
  • Boy-scout. Il a dirigé l’organisation américaine de 2010 à 2012 et a incité les boy-scouts à ouvrir leurs portes aux jeunes gays.
  • Climat. Il reconnaît le rôle de l’homme dans le réchauffement climatique et milite pour l’instauration d’une taxe carbone.

James M. Mattis

  • “Chien enragé”. Un surnom dû à son franc-parler. Il a, notamment, assuré que c’était “marrant de se battre” contre “des gars qui frappent les femmes pendant cinq ans de suite parce qu’elles ne portent pas le voile”.
  • “Moine-guerrier”. L’autre petit nom de James Mattis. Il possède une collection de 7 000 ouvrages sur l’histoire militaire.
  • Hostile à l’Iran. Il s’oppose à la normalisation des relations avec l’Iran qui, selon lui, cherche à tout prix à avoir la bombe atomique.
  • Obstacle. Il était militaire il y a encore deux ans. Une règle tacite veut que le secrétaire à la Défense n’ait pas eu de fonction dans l’armée depuis au moins sept ans.

Wilbur Ross

  • Roi des faillites. Il a forgé sa fortune, estimée à 2,9 milliards de dollars, en rachetant des entreprises en faillite et en les revendant après avoir mené des restructurations drastiques.
  • Histoire de casino. Sa rencontre avec Donald Trump remonte aux années 90, lorsqu’il a permis au futur président de garder le contrôle du Taj Mahal casino à Atlantic City.
  • Écrivain contrarié. Après ses études, il a pensé à écrire des romans mais un stage à Wall Street l’a convaincu de poursuivre une carrière dans la finance.
  • Opportuniste. Après la crise financière de 2008, il a investi dans plusieurs banques en difficulté au Royaume-Uni, en Grèce et à Chypre.

John F. Kelly

  • John F. Kelly est passé de secrétaire à la Sécurité intérieure à chef de cabinet de Donald Trump en juillet 2017. Sa mission : ramener de l’ordre à la Maison Blanche.

Mike Pence

  • Converti. Il se décrit comme catholique “en premier”. Il a adhéré à l’église évangélique après avoir rencontré sa femme. C’est aussi à cette époque que de démocrate, il s’est converti en républicain.
  • Les frères Koch. Les très influents frères milliardaires ont fait de Mike Pence l’un de leurs favoris. Ils ont versé à ce gouverneur ultra-conservateur de l’Indiana au moins 300 000 dollars durant sa campagne.
  • La “Pravda des plaines”. Il a tenté de créer un média public dans l’Indiana, s’attirant une pluie de critiques. Le projet, taxé de “Pravda des plaines” ou “d’idée soviétique” a été abandonné.
  • Radio. Dans les années 90, il animait une émission radio conservatrice baptisée le “Mike Pence Show”.

Scott Pruitt

  • Climato-sceptique. Il assure que “le débat sur le réchauffement climatique est loin d’être tranché”.
  • Ennemi de l’EPA. En tant que procureur général de l’Oklahoma, il a poursuivi l’EPA à quatre reprises.
  • Ami du lobby de l’énergie. Ce gouverneur de l’Oklahoma a reçu, depuis 2002, plus de 300 000 dollars en dons de campagne de la part de groupes du secteur pétrolier et gazier.
  • Fan de baseball. Il a été copropriétaire de l’équipe de baseball des Oklahoma city redhawk.

Betsy Devos

  • Milliardaire. Fille de l’homme d’affaires Edgar Prince, fondateur de l’empire Prince corporation, qui fait commerce de matières premières.
  • Milliardaire bis. Elle est mariée à Dick DeVos, fils du PDG du géant du cosmétique Amway, dont la fortune est estimée à 5,4 milliards de dollars.
  • Frère controversé. Erik Prince a créé Blackwater, la société privée de mercenaires impliquée dans plusieurs “bavures” militaires en Irak.
  • Éducation. Betsy DeVos a inscrit ses quatre enfants dans des institutions privées religieuses.

Tom Price

  • Il avait trop pris l’avion aux frais du contribuable. Tom Price a coûté 400 000 dollars en vols privés entre février et septembre 2017, alors que ses prédécesseurs s’étaient contentés de vols commerciaux.

Steven Mnuchin

  • Argentier de la campagne. Il a mené les efforts de financement de la campagne de Donald Trump.
  • Argentier dans la vie. Il est un vétéran de Wall Street, ancien banquier de Goldman Sachs et cofondateur d’un hedge fund.
  • Cinéma. Il a investi dans plusieurs films hollywoodiens dont "Avatar".
  • La fiancée encombrante. L’actrice écossaise Louise Luton a écrit “Dans l’ombre du Congo”, un livre critiqué pour les clichés qu’il véhicule sur l’Afrique et qui a dû être retiré des ventes.

Linda McMahon

  • Le catch. Son mari, Vincent McMahon, est le cofondateur de la WWE (World Wrestling Entertainment), principale organisation de catch aux États-Unis. Elle l’a dirigée de 1997 à 2009.
  • Générosité hors pair. Elle a versé six millions de dollars pour soutenir la candidature de Donald Trump, ce qui en a fait l’une des principales donatrices durant la campagne.
  • Échecs politiques. Elle a tenté d’entrer au Sénat en 2010 et 2012, en se présentant dans le Connecticut sous la bannière républicaine. En vain.
  • Critique de Trump. Elle a estimé durant la campagne, que Donald Trump “n’aidait pas à présenter la femme sous son meilleur jour”.

Jeff Sessions

  • De la première heure. Il a été le premier sénateur républicain à soutenir Donald Trump.
  • Racisme. Il s’est vu refuser un poste de juge fédéral en 1986 parce qu’il avait utilisé le mot “nègre” durant son audition et assuré que le Ku Klux Klan était “ok jusqu’à ce que j’apprenne qu’ils fument du cannabis”.
  • Immigration. Il s’est opposé à toutes les lois sur l’immigration et veut limiter au maximum l’immigration légale.
  • Climato-sceptique. Selon lui, le CO2 n’est “pas un polluant mais de la nourriture pour les plantes”.

Elaine L. Chao

  • De Bush à Trump. Entre 2001 et 2009, secrétaire au Travail dans l’administration de George W. Bush.
  • Immigrée. Née à Taïwan, elle est arrivée aux États-Unis à l’âge de 8 ans. Tout un symbole pour un président qui a fustigé l’immigration.
  • L’empire Murdoch. Elle intervient souvent comme commentatrice sur la chaîne conservatrice Fox News et dispose d’un siège au conseil des directeurs du groupe News Corp.
  • Mme McConnell. Elle est mariée à Mitch McConnell, le leader de la majorité républicaine au Sénat.

Mike Pompeo

  • Pro-NSA. Fervent défenseur des pouvoirs d’espionnage de masse de la NSA qu’il juge “vitale pour vaincre le terrorisme islamiste radical”.
  • Cavalier à Berlin. Après des études militaires à West Point, il a été affecté, en 1989, à une patrouille de cavalerie pour sécuriser le mur de Berlin.
  • Hostile à l’Iran. Il est un féroce détracteur de l’accord sur le nucléaire iranien et soutient un changement du régime en place.
  • De l’entreprise à la politique. Il a fondé une entreprise dans le secteur aérospatial, puis une société d’équipements pour les champs pétroliers avant d’être élu trois fois à la Chambre des représentants du Congrès.

Andrew F. Puzder

  • L’homme d’affaires enchaîne les scandales. Il a dû reconnaître avoir employé une femme de ménage en situation irrégulière pendant plusieurs années et est soupçonné de violences conjugales.

Reince Priebus

  • Considéré comme trop timoré au poste de chef de cabinet de la Maison Blanche, Donald Trump l’a remplacé par le beaucoup plus autoritaire John F. Kelly.

Nikki Haley

  • Origine indienne. Fille de deux immigrés indiens, son vrai nom est Nimrata Nikki Randhawa.
  • Entrée dans l’histoire. Elle est la première femme à avoir été élue gouverneure du très conservateur État de Caroline du Sud.
  • Anti-Trump. Elle n’a jamais épargné le milliardaire durant la campagne, assurant que ses paroles étaient souvent “irresponsables” et qu’il devait être plus ferme à l’égard du Ku Klux Klan.
  • Inspirée par Hillary Clinton. Elle a assuré avoir décidé d’entrer en politique après un discours de la démocrate en 2003.

Michael Flynn

  • L’ancien général est le seul membre de l’administration Trump à avoir fait les frais de l’enquête sur la présumée ingérence russe dans l’élection présidentielle américaine. Il a dû démissionner de son poste de conseiller à la Sécurité nationale après les révélations sur ses contacts avec l’ambassadeur russe aux États-Unis durant la campagne.

Ben Carson

  • Échec aux Primaires. Candidat malheureux contre Donald Trump.
  • Chirurgien de renommée mondiale. Il est devenu directeur du département de neurochirurgie pédiatrique de l’hôpital Johns-Hopkins à 33 ans.
  • Serial-gaffeur. Pour défendre le droit aux armes, il a notamment déclaré “qu’Hitler aurait eu beaucoup plus de mal à atteindre ses buts si les gens avaient eu des armes”.
  • Cinéma. Le film “Des mains en or”, sorti en 2009, raconte le parcours de Ben Carson.

Steve Bannon

  • L’ex-conseiller star et ultra-conservateur du président a fini par devenir, en août 2017, un boulet pour Donald Trump. Déjà dans le collimateur de la fille et du gendre du président, Steve Bannon a fait l’erreur de critiquer la politique du chef d’État à l’égard de la Corée du Nord.

Rick Perry

  • Contre le secrétariat à l’Énergie. Lorsqu’il était candidat à la primaire républicaine en 2011, l’ex-gouverneur du Texas avait plaidé pour la disparition de ce département.
  • Girouette. Il a commencé sa carrière comme démocrate aux côtés d’Al Gore avant de devenir républicain. Il fut parmi les premiers à épouser les thèses du Tea Party.
  • Chaussure à son pied. Ses bottes de cowboy, surnommées “liberty” et “freedom” (deux mots pour liberté), sont passées à la postérité médiatique.
  • "Cheerleader". Il a assuré le spectacle à l’université A&M du Texas, où les "cheerleaders" sont tous masculins.

Dan Coats

  • Berlin, 2011. Il avait été nommé ambassadeur des États-Unis en Allemagne trois jours avant le 11 septembre 2001. Il y est resté en poste jusqu’en 2005.
  • Anti-Poutine. Il est un virulent critique de Moscou, contrairement à Donald Trump. Après l’annexion de la Crimée, il avait promis "de tout faire pour que Poutine retrouve ses esprits".
  • Vétéran de Washington. Il est un familier du Congrès depuis 1980, où il a siégé à la Chambre des représentants puis au Sénat.
  • Des gays dans l’armée ? Il est l’un des artisans de la doctrine du "don’t ask, don’t tell" ("Ne demandez pas, n’en parlez pas") qui voulait, entre 1993 et 2011, que les soldats homosexuels restent discrets sur leur orientation sexuelle.

Ryan Zinke

  • Star des commandos. Il a été membre pendant 23 ans des Navy Seal, les commandos pour les opérations secrètes de la Marine américaine.
  • Pro-oléoduc Keystone XL. Il est partisan du projet controversé d’extension de l’oléoduc Keystone XL qui a été bloqué par le président Barack Obama.
  • Girouette climatique. En 2010, il soutenait que le réchauffement climatique aurait un coût “catastrophique” pour l’économie mondiale. En 2014, il est devenu climatosceptique.
  • Chèque douteux. En 2014, Ryan Zinke avait reçu un soutien électoral de 500 dollars d’Earl Holt, un suprémaciste blanc. Il a remboursé la somme après la révélation de cette donation.

Robert Lighthizer

  • Haro sur la Chine. En 2011, il a accusé Pékin de "manipulation de taux de change" ou encore de "vols de propriété intellectuelle"
  • Haro sur l’OMC. Celui qui devra défendre les intérêts américains à l’Organisation mondiale du Commerce a jugé, en 2008, que "des bureaucrates anti-Américains" étaient aux commandes de cette institution.
  • Déjà vu. Il est l’un des rares membres du cabinet Trump à avoir une expérience gouvernementale. Il a été le vice-représentant au Commerce de Ronald Reagan au début des années 1980.
  • Avocat. Il est spécialiste des négociations d’accords commerciaux pour des grands groupes, comme l’industrie américaine de l’acier.

Herbert Raymond McMaster

  • Le penseur. Ce général trois étoiles très respecté était jusqu’à présent en charge de la planification et de la préparation de l’armée américaine aux futurs conflits.
  • Un homme de terrain. Il s’est distingué en Irak en 1991 (libération du Koweït), mais aussi en Afghanistan en 2010 (lutte contre les Talibans). Il est connu pour son respect des populations locales.
  • Indépendant. Il n’a pas de préférence politique connue. Il a critiqué les choix militaires lors de la guerre du Vietnam ou de la campagne militaire américaine en Irak en 2003.
  • Deuxième choix. Donald Trump avait dans un premier temps proposé le poste à l’ancien vice-amiral Robert S. Harward. Mais ce dernier l’a refusé, prétextant des raisons familiales et financières.

Sean Spicer

  • Sean Spicer s’est imposé comme le serial-gaffeur des premiers mois de l’administration Trump. Ses hésitations face à la presse et l’imprécision de ses réponses ont fini par lui coûter son poste en juillet 2017.

Anthony Scaramucci

  • Beaucoup plus sûr de lui que Sean Spicer, Anthony Scaramucci a cependant multiplié les faux pas durant ses six jours en tant que porte-parole de la Maison Blanche. Il a notamment qualifié Reince Priebus de “paranoïaque” et “schizophrène”, et a qualifié Steve Bannon, d’" adepte de l’auto-fellation ".



CRÉDITS :
Journaliste Sébastian Seibt - France 24
Secrétaire de rédaction Ratiba Hamzaoui - France 24
Rédaction en chef Marie Valla - France 24
Conception, graphisme et développement Studio Graphique France Médias Monde
Photos AFP